Plus d'infos fermer
Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Air France: le Canadien Benjamin Smith nommé nouveau DG
  • Tunisie: Tunisair s’apprete a acquerir 6 nouveaux avions Airbus 320
  • Bingerville: les travaux de bitumage de carrefour Bandjidrome-Gbagba lances
  • Port-Bouët: le trafic perturbe par des camions a betail vers l’Abattoir ce matin
  • Algérie: plus de 1400 accidents de la circulation en une semaine, 48 morts
  • Italie: les recherches se poursuivent sur le site du pont effondré à Gênes
  • Brésil: 1,3 tonne de cocaïne saisie sur un bateau italien attaqué par des pirates
  • Tunisie: collision entre une vedette et une barque de pêcheurs, 2 blessés
  • Maroc: les arrivées de touristes en hausse à Agadir depuis janvier
  • Madagascar: les travaux de l’aéroport de Nosy Be-Fascène exécutés à 50%

Pollution: des images pour dire que "les responsables, ce ne sont pas les autres"

Édition Spéciale | COP 21Publié le le 30-11-2015 à 12h14

Abidjan. Un écran de télé abandonné, au travers duquel s'impose toute la réalité d'un quotidien pollué. Pour Barnus, cela ne restera pas sans conséquences. Photo: Barnus Sevié.

Au moment où s’ouvre la grande conférence de Paris sur les changements climatiques, un photojournaliste ivoirien publie via les réseaux sociaux des images qui en disent long sur la dégradation de l’environnement. Déchets électroniques barrant une route, des sachets plastiques encombrant un passage, des caniveaux bouchés par des ordures ménagères de toutes sortes, de l’eau souillée qui stagne dans un nid de poule en pleine chaussée…

La liste des clichés saisis par le journaliste Barnus Sevie n’est pas exhaustive. « Je veux me rendre utile pour la planète à l’heure où s’ouvre la COP 21 », dit-il. « Je veux dire que la problématique ne concerne pas que ceux qu’on considère comme les plus grands pollueurs de la planète. Les responsables, ce ne sont pas que les autres. Je veux inviter les gens d’ici à regarder autour de nous comment nous polluons tous les jours notre environnement », explique Barnus.

Ce passionné de photographie compte donc mettre ses images prises à Abidjan au service de la sensibilisation. Une sensibilisation de proximité qui arrive comme une « réponse » à ceux qui n’hésitent pas à balancer sur la voie publique, depuis des véhicules ou à pied, des résidus d’aliment ou autre déchets liés à la nourriture. « Les gens le font très fréquemment », note-il. Avant de prévenir : « tout ce que nous faisons aujourd’hui va nous rattraper demain ».

Barthélemy KOUAME
barthelek@acturoutes.info

Lire Les Derniers Articles Sur La COP 21

Lire également: