Plus d'infos fermer
Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Air France: le Canadien Benjamin Smith nommé nouveau DG
  • Tunisie: Tunisair s’apprete a acquerir 6 nouveaux avions Airbus 320
  • Bingerville: les travaux de bitumage de carrefour Bandjidrome-Gbagba lances
  • Port-Bouët: le trafic perturbe par des camions a betail vers l’Abattoir ce matin
  • Algérie: plus de 1400 accidents de la circulation en une semaine, 48 morts
  • Italie: les recherches se poursuivent sur le site du pont effondré à Gênes
  • Brésil: 1,3 tonne de cocaïne saisie sur un bateau italien attaqué par des pirates
  • Tunisie: collision entre une vedette et une barque de pêcheurs, 2 blessés
  • Maroc: les arrivées de touristes en hausse à Agadir depuis janvier
  • Madagascar: les travaux de l’aéroport de Nosy Be-Fascène exécutés à 50%

Grand-Bassam: la "ville durable" s’ouvre au monde

Édition Spéciale | COP 21Publié le 04-12-2015 09h50

M. Ezaley présentant au stand de la Côte d'Ivoire une étude réalisée sur le climat par la SODEXAM

Le maire de Grand-Bassam a fait une présentation jeudi, dans le cadre la COP21. Georges Ezaley a présenté la première capitale (1893-1900) de Côte d’Ivoire comme une « ville historique », une « ville d’avenir » et une « ville durable ».

Avec notamment l’appui de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Grand-Bassam compte mettre en œuvre plusieurs idées qui feront d’elle une "ville durable". La ville compte entre autres s’appuyer « sur des objectifs stratégiques qui contribueront au développement urbain durable ». Elle veut également « préserver et gérer durablement les ressources (énergie, air, eau…). Tout en « améliorant la qualité de l’environnement local (réduction des nuisances et des risques », a dit le maire.

Directeur général de la météorologie nationale (SODEXAM), Georges Ezaley veut également faire de sa ville une citée attentive au climat. Un tableau qu’il a distribué au stand de la Côte d’Ivoire au titre de la SODEXAM montre que le climat du pays enregistre effectivement une hausse de température, entre 1961, au lendemain de l’indépendance, et 2010. Les « huit années les plus chaudes font partie de la décennie 2001-2010 », insiste le document. La pluviométrie qui découle de cette situation en est marquée. Et conduit, dans certaines régions comme à Bouaké, à « une réduction de 28 jours de la saison culturale ». Toute chose qui n’est pas faite pour la lutte contre le chômage des jeunes et contre la pauvreté.

Située à 30km d’Abidjan, à laquelle elle est désormais reliée par une autoroute, Grand-Bassam est aussi la toute première ville ivoirienne « patrimoine mondiale de l’UNESCO ». Son artisanat, sa restauration et son service touristique en général attire de nombreux visiteurs du pays tout au long de l’année.

Barthélemy KOUAME
Envoyé spécial à Paris – Le Bourget
barthelek@acturoutes.info  

Lire Les Derniers Articles Sur La COP 21

Lire également: