Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Algérie: les vols de rapatriement suspendus durant le mois de mars
  • Cameroun: l'Etat veut construire un 2e pont de 60 milliards FCFA sur le Dibamba
  • Abidjan: 504 mille doses de vaccin anti-covid livrées
  • Abidjan: les vaccins anti-covid acheminés par un vol d'Emirates
  • Abidjan: 200 taxis neufs réceptionnés par le FDTR
  • Pont Houphouët-Boigny: les travaux de réhabilitation exécutés à 73%
  • Ghana: 600 000 doses de vaccin anti-covid attendues le 02 mars
  • Etats-Unis: le champion de golf Tiger Woods victime d'un accident de la route
  • Sénégal: 3 locomotives livrées à la Société nationale des chemins de fer
  • Tunisie: la PDG de TunisAir limogée, deux mois après sa nomination

Kouakou Tchikaya: "le bitumage de la route de Sakassou, une priorité"

InterviewPublié le 10-11-2013 11h05

Les travaux routiers dans le département de Sakassou datent du PPU, selon le préfet

En prélude à la visite prochaine  du Président de la République dans le Gbêkê le préfet du département de Sakassou, Kouakou Wiha Ange Tchikaya, fait une ébauche des attentes des populations locales. le bitumage de l’axe Tiébissou-Sakassou-Béoumi est une priorité, confie-t-il à Acturoutes.info.

Monsieur le préfet, comment se présentent les routes dans votre département première étape de la visite d’Etat du Président de la République dans le Gbèkè ?

Je voudrais vous dire merci pour avoir effectué le déplacement jusqu’à moi. La population a accueilli avec beaucoup d’enthousiasme la bonne nouvelle. Que Sakassou soit la première étape de cette visite (Ndlr : du président Allassane Ouattara) est pour nous un symbole. N’oubliez pas que Sakassou est un royaume. Donc en commençant la visite par Sakassou, le peuple de Walebo pense que le Président de la République a une grande considération pour le royaume. C’est pourquoi, cadres, élus, membres de la cour royale et têtes couronnées, chacun à son niveau est en train de se mobiliser pour lui réserver un très bon accueil.  Le département de Sakassou vient de très loin. Du fait de la crise, Sakassou, était plongé dans un chaos général. La localité a été le théâtre des affrontements avec pour conséquence la destruction de presque toutes les infrastructures routières dans le département. Mais depuis l’accession du Président Alassane Ouattara à la magistrature suprême, les choses ont commencé à s’améliorer, tout le monde pense au développement.

L’arrivée du Chef de l’Etat s’accompagne de grands travaux dans la région. Quel est l’état des lieux en ce moment?
Avant de faire l’état actuel des lieux, sachez que beaucoup a été fait dans le cadre du Programme présidentiel d’urgence (PPU). A l’occasion de cette visite d’Etat dans notre département, plusieurs chantiers sont ouverts. Les travaux sont en cours sur toutes les voies pratiquement et dans d’autres secteurs. Au niveau de l’éclairage public, il y a un renforcement, une extension du réseau électrique qui est en cours. La surprise que nous réservons aux populations, c’est qu’ils verront le courant partir depuis Agbanou  jusqu’à la sortie de la ville de sorte qu’à environ 1,5 km de l’entrée, les voyageurs se rendent compte qu’ils sont proches de la ville. Ce n’est qu’une question de jour.

Qu’attend véritablement le peuple Walèbo de cette visite du Président de la République?
La situation n’est pas totalement rose. Un comité scientifique dirigé par Akoto Félix que les populations elles-mêmes ont désigné est en train de faire un travail dans ce sens. Je n’ai pas encore réceptionné le document. Mais les échos qui me parviennent me font dire que la préoccupation qui tient en première ligne est le bitumage de l’axe Tiébissou-Sakassou-Béoumi. En tout cas, que ce soit dans les foyers, au niveau des cadres, des élus, tout le monde prie pour que le Chef de l’Etat prenne l’engagement de bitumer cet axe. C’est le vœu le plus cher du peuple Walèbo. Sakassou est  à 35 km de Tiébissou mais pour venir ici en l’état actuel des choses, il faut parcourir  plus de 100 km en passant par Bouaké. Béoumi est à 40 km de Sakassou. Toutes les localités qui sont derrière Béoumi seront aussi désenclavées. C’est la préoccupation majeure qui sera certainement exprimée par le porte-parole des populations.

De nombreux chantiers sont ouverts pour booster le développement du département, peut-on en savoir sur les grands travaux routiers?
Pour ce qui est des grands travaux, il faut dire que plusieurs chantiers sont ouverts. Au niveau des routes, l’aspect des pistes ne doit pas constituer un frein pour le déplacement des populations qui ont soif de voir et d’écouter  le Président de la République. Les agents de la CIE s’attèlent à réparer tous les poteaux électriques défaillants, à remplacer tous les lampadaires et il est prévu une extension du réseau électrique et bien d’autres. Le ministre des infrastructures économiques Patrick Achi a fait une tournée dans le département. Toutes les localités seront désenclavées aussi bien en commune qu’en sous-préfecture. La place qui doit abriter le meeting est en cours de traitement. Pour la commune, les reprofilages sont presqu’achevés et les rechargements sont en train de se faire. Après, le sol sera compacté par les entreprises commises à la tâche. Pour le rechargement, nous avons 10 km. Il est prévu dans la commune, l’ouverture de 10 autres kilomètres de routes. Au niveau des sous-préfectures d’Ayaou Sran et Toumodi Sakassou, il y a 365 km à reprofiler.et 375 km pour la sous-préfecture de Sakassou. Et tous les travaux doivent être réceptionnés par le ministre le 9 novembre.

Quelles sont les dispositions prises dans le cadre précis de cet évènement quand on sait qu’il y a la menace des coupeurs de route?
C’est vrai que c’est un souci, mais ce n’est pas propre à notre département .C’est un problème général au centre et au nord. Ces bandits se déplacent. Pour pouvoir les maitriser, nous avons demandé aux populations de se surveiller, pas avec des armes mais de dénoncer les personnes suspectes. Nous avons mis à leur disposition des numéros verts qu’elles peuvent appeler pour tous les cas suspects car il faut une franche collaboration des populations pour mettre fin à l’insécurité dans nos départements. Mais les forces de l’ordre sont mobilisées à la tache afin de garantir la sécurité pendant cette visite et nous y tenons fermement.


Habib DAGNOGO
Correspondant régional
h.dagnogo@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: