Plus d'infos fermer
Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Cameroun: réouverture de l'espace aérien, les vols commerciaux ont repris
  • Abidjan: 3 personnes interpellées pour l'organisation de voyages clandestins
  • Guinée-Equatoriale: le gouvernement demande le départ de la représentante de l'OMS
  • Transport aérien: Brussels Airlines reprend la desserte d'Abidjan fin août
  • Automobiles: Renault compte supprimer 15 000 emplois dans le monde
  • Pays-Bas: Blé Goudé autorisé à se déplacer en tout lieu avec son passeport
  • Belgique: Les conditions de liberté de Laurent Gbagbo allégées
  • Belgique: Laurent Gbagbo autorisé à se déplacer avec son passeport
  • USA: un vol de rapatriement d'Ivoiriens décollera de Newark mardi 2 juin
  • Transport aérien: 25 milliards de la BOAD pour rénover les aéroport de Bouaké et Korhogo

Jonas Lago: "Face au coronavirus, la survie des entreprises est en jeu"

ActualitéPublié le 03-04-2020 12h47

Le président du Comité exécutif de l'Alliance Borderless appelle les entreprises à ne menager aucun effort pour rester en activité. Ph. d'archives

Moins d’un mois après la mise en application des premières mesures contre le coronavirus dans les différents Etats de l’Afrique de l’Ouest, les capacités de mobilité et d’échanges commerciaux sont plombées. Aucun chiffre n’est avancé pour l’heure, mais il faut s’attendre à de lourdes pertes, avertit le président du Comité exécutif de l’Alliance Borderless, Jonas Lago, par ailleurs Conseiller des relations publiques et de la facilitation de l’entreprise Scanning Systems.

Face au coronavirus, les pays se barricadent et coupent les connexions avec leurs voisins. En tant qu’acteur engagé pour la libre circulation et la facilitation du commerce, comment vivez-vous cette situation?
Je voudrais en premier lieu m’incliner devant les nombreuses victimes de cette crise sanitaire. De notre existence contemporaine, j’avoue que c’est une première de vivre une pandémie d’envergure, à l’échelle mondiale et qui malheureusement défie de façon incompréhensible la science et toute l’humanité.C’est une situation particulièrement déplorable et gravement dommageable qui impacte les activités économiques surtout concernant la libre circulation des personnes et des biens dans notre sous-région ouest-africaine.Cette crise impacte les activités socio-économiques des entreprises et les emplois sont menacés.Le Coronavirus n’aurait jamais dû exister ou du moins son existence aurait dû être maîtrisée dans un temps très court mais hélas ! Mille fois hélas! Que de désolation.

Vous dites hélas! Faut-il comprendre par ces mots que les mesures actuelles ne sont pas idoines?
A l’échelle de la sous-région ouest-africaine, les Etats font des efforts mais nous pensons qu’il faut aller au-delà. Il faut amener les populations à respecter scrupuleusement les mesures de sécurité sanitaires afin qu’on puisse maitriser la propagation de la pandémie. Il s’agit là d’une question d’éducation, de compréhension de l’ampleur de la crise.

Quelles sont les conséquences sur les activités économiques ?
Nous sommes en pleine crise sanitaire mondiale, d’où la difficulté d’une évaluation efficiente. Cependant, nous constatons avec beaucoup de tristesse l’impact sur les activités des entreprises. Notamment: le ralentissement des activités des entreprises privées et parapubliques, le risque de réduction des emplois et même de leur disparition totale, le risque de disparition totale du secteur informel (petits artisans et commerçants qui sont contraints au confinement). Il faut que les Etats soutiennent les dispositions opérationnelles que prennent  les Communautés Portuaires des pays de la sous-région à façade sur mer afin que le trafic pré et post acheminement des marchandises soit assuré convenablement. A ce niveau, l’Alliance encourage la mise en place de couloirs économiques privilégiés sur les corridors de transit inter-Etats (routes, chemin de fer, etc.). Cette crise sanitaire est devenue beaucoup plus sociale et économique. Il faut la juguler au plus tôt possible.

Quelle est l’estimation des pertes pour les entreprises?
Nous n’avons pas encore l’évaluation  des pertes. Nous sommes en contact avec les grandes faitières des entreprises et les chambres de commerce tant en Côte d’Ivoire que dans d’autres pays. Les entreprises sont en train de prendre des dispositions pour assurer la continuité des activités et assurer leur survie. Il  va falloir que nous attendions vers la fin de la crise pour estimer avec assez de précision les pertes. Dors et déjà vous constatez avec nous que les entreprises fonctionnent à minima.

Dans un message, vous invitez les entreprises à continuer leurs activités. Quel est l’enjeu de cet appel?
L’Alliance Borderless, en tant qu’acteur majeur du secteur de la facilitation des transports et des échanges commerciaux dans la sous-région ouest-africaine, s’est inquiétée de l’ampleur de la pandémie qui est déclarée par l’OMS comme «une urgence de santé publique de portée internationale» dont les conséquences économiques sur les échanges intra-communautaires et la libre circulation sont déplorables et dommageables. L’Alliance Borderless a invité les entreprises au tant que possible à poursuivre leurs activités et a souhaité enfin que les gouvernements et les communautés économiques régionales (CEDEAO, UEMOA) prennent des mesures d’accompagnement des entreprises afin de leur permettre de faire face efficacement aux conséquences de la pandémie sur leurs activités. Comme vous le constatez, Borderless Alliance a dans son adresse, invité les entreprises à la résistance et à la sauvegarde des emplois. Borderless a souhaité que les activités se poursuivent mais dans le respect des mesures de sécurité sanitaire édictées par les gouvernements.

Comment devraient se traduire ces mesures d’accompagnement que vous souhaitez de la part des gouvernements et des organisations communautaires ?
L’Alliance Borderless propose en termes de mesures d’accompagnement: une subvention d’exploitation pour compenser les pertes, des allègements fiscaux sur la TVA, les franchises, la négociation et le report des échéances des engagements de consommations courantes (électricité, eau, etc.), l’exonération sur le BIC et sur certaines taxes à l’import-export, ériger des couloirs économiques sécurisés pour le pré et post acheminement des marchandises dans les corridors de transit inter-Etats.

A vous entendre, c’est la copie conforme des mesures arrêtées récemment par le gouvernement ivoirien…Nous travaillons à l’échelle de la sous-région. Notre appel date d’une semaine (avant la communication du premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly). Donc si le gouvernement ivoirien a décidé d’entendre notre cri de cœur, nous nous en réjouissons et nous pensons que les entreprises privées et parapubliques vont s’en sentir mieux.

L’Alliance a-t-elle prévu un mécanisme pour faire face à ce genre de crise? 
Disons que c’est une crise d’envergure mondiale qui pousse les entreprises à ralentir leurs activités, qui les oblige à voir leurs chiffres d’affaires drastiquement diminués. Nous sommes surpris par l’ampleur d’une telle pandémie. Nous ne pouvons qu’inviter les entreprises à tout mettre en œuvre en vue d’assurer leur survie et sauvegarder les emplois et les produits, surtout en matière de facilitation des transports et de transit routier inter-Etat dans lequel il y a beaucoup d’activités informelles. Nous sommes inquiets. Nous invitons les gouvernements à prendre toutes les mesures afin d’assurer les activités dans ce secteur assez vital pour l’économie des pays de la sous-région.

Que pouvez-dire à ceux qui partagent votre inquiétude?
En définitive, l’Alliance Borderless invite les populations à  un moral de fer, à la retenue, et à suivre les consignes de sécurité sanitaire contre le COVID-19 et à demeurer dans la prière, car seul le Seigneur Notre Dieu sait ce que demain sera fait… J’exhorte les entreprises ménager ce qu’il faut pour assurer leur survie car elles sont notre centre d’intérêt  et notre sens d’existence. Demain, l’Homme vaincra le coronavirus et les entreprises vivront….

Propos recueillis par
CélestinKOUADIO
c.kouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: