Plus d'infos fermer
Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Togo: les débarquements de voyageurs suspendus à l'aéroport de Lomé
  • France: l'aéroport d'Orly ferme à compter de ce mardi soir
  • Mayotte: 3 tonnes d'équipements anti-coronavirus livrés par l'avion présidentiel
  • Plateau: l'activité des wôrô wôrô et des pinasses suspendue
  • Abidjan: opération de désinfections des rues contre le coronavirus
  • Cameroun: deux vols spéciaux pour évacuer les ressortissants français
  • Coronavirus: l'ONU prévoit une chute de 30% des recettes du tourisme
  • Chine: réduction drastique des vols internationaux à partir de dimanche
  • Côte d'Ivoire: un couvre-feu instauré de 21h à 05h
  • Emirats Arabes Unis: les aéroports fermés à compter de ce mercredi

Cocody: les taxis communaux s'équipent contre le coronavirus

ActualitéPublié le 21-03-2020 14h03

Le donateur (etrême droite) compte poursuivre l'action auprès d'autres transporteurs d'Abidjan. Photo Acturoutes

Les taxis communaux de Cocody s’équipent pour faire face au coronavirus. La gare des «wôrô wôrô» sise en face du Zoo d’Abidjan a reçu vendredi un dispositif de lavage des mains. C’est un don de Charles Adom, patron de la radio de proximité Cnews FM d’Abidjan.

Les équipements comprennent plusieurs mini futs à système mécanique d’aspersion d’eau et des tubes de désinfectants. Le contenu de chaque fut permet de laver les mains d’au moins 30 personnes

Le donateur a justifié son geste de haute portée humanitaire par le souci de renforcer les mesures de protection et de prévention afin qu’on n’arrive pas un confinement qui est une phase drastique.

«Psychologiquement, la maladie est éprouvante. Quand tu es à la maison sans travailler, tu vas mourir. Le confinement nous stress davantage. Il faut qu’on organise pour être le plus à l’aise possible face au virus», a déclaré M. Adom qui dit être très proches du milieu des transporteurs.  

Les transports en commun sont des lieux de haut risque de propagation du coronavirus. Pourtant les acteurs du transport n’ont pas toujours les moyens pour se doter des dispositifs de précaution. Pire, la psychose créée par la pandémie a réduit les déplacements des populations faisant dégringoler les recettes des transporteurs.

Démunis, face au coronavirus
Koné François, président de l’Association pour les droits et devoirs des chauffeurs et élu de la chambre des métiers en charge des transports de Côte d’Ivoire, souhaite que d’autres personnes emboitent le pas à M. Adom.

«N’ayant pas de moyens suffisants, notre démarche a été de rencontrer ceux qui peuvent nous aider à nous équiper en matériel de protection des chauffeurs et des usagers», a-t-il rappelé.  

Pour lui, les victimes du coronavirus se trouvent dans les rangs des chauffeurs de taxis, obligés de réaliser des recettes alors qu’il n’y a pratiquement plus de passagers. Ce vendredi, la gare de taxi située non loin du zoo, paraissait étrangement vide.

«Si la situation continue à ce rythme, nous allons garer», prévient le chef de gare, connu sous le pseudonyme de «DDC». Il explique que les propriétaires de taxis restent fermes sur leurs recettes quotidiennes variant entre 13 000 et 15 000 FCFA par taxi, un niveau que les chauffeurs n’arrivent plus à atteindre.

En notre présence, un groupe de chauffeurs est venu plaider pour que le ticket de gare soit revu à la baisse durant cette période creuse. Ils souhaitent payer 700 FCFA au lieu de 1200 FCFA exigés habituellement.

Les transporteurs de Cocody sont d’autant plus perplexes qu’un arrêté municipal publié jeudi exige désormais que chaque taxi se limite à trois passagers en dehors du chauffeur, soit un voyageur de moins par rapport à la capacité à charge normale.

«C’est une disposition que nous n’accepterons pas. Car le maire demande que ce soit les pauvres qui font des sacrifices pour les riches. Qu’il nous dise à quoi servent les patentes et cartes de stationnement que nous payons régulièrement. Face à cette pandémie, nous espérions qu’il fasse un geste à l’endroit des transporteurs en réduisant certaines de nos charges. Mais au contraire, il veut nous arracher le peu que nous gagnons pour subsister. S’il veut notre mort, qu’il le dise», s’est-il plaint DDC, en dénonçant un «acharnement» sur les transporteurs.

Célestin KOUADIO
c.kouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: