Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • ARB-T. Babacar NDIAYE 2020: Dakar accueille la conf. inaugurale le 25 mars
  • Route: l'autoroute Abidjan - San Pedro se fera en deux temps, les études en cours
  • Abidjan: séminaire sur le retraitement des chaussées et le recyclage des enrobés
  • Sénégal: 18e AG des Fonds d'Entretien Routier, du 15 au 22 mars à Diamniadio
  • Sénégal: AIR Sénégal va desservir Londres à partir du 26 juin 2020
  • Suède: la 3e conférence mondial sur la sécurité routière vise 0 mort, 0 blessé
  • Suède: La 3e conférence mondial de la sécurité routière a eu lieu, 19-20 février
  • Togo: 1000 milliards de FCFA prévus pour les routes sur les 4 ans à venir
  • Luxembourg: les transports gratuits, à partir de mars
  • Transp. aérien: Emirates suspend ses vols à Lagos (Nigeria) à cause de l’harmattan

Nigeria-Bénin: la CEDEAO met en place un comité pour "rouvrir" la frontière

ActualitéPublié le 11-02-2020 13h47

Il est grand temps pour les camions de reprendre la route des échanges inter-Etats. Photo d'archives

Les Chefs d’Etat de la CEDEAO ont (enfin) décidé de se pencher sur la crise frontalière entre le Nigeria et ses voisins le Bénin et le Niger.

Un comité ad’hoc a été mis sur pied au terme d’une réunion tenue dimanche à Addis-Abeba, en Ethiopie, en marge du 33e Sommet de l’Union Africaine. Sa mission: «entreprendre une étude complète de la situation, faire un rapport et ensuite prendre les mesures nécessaires».

La crise aux frontières du Nigeria date d’août 2019, date à laquelle le gouvernement fédéral a décidé de fermé le passage aux camions en provenance et à destination du Bénin d’une part et du Niger d’autre part. Les autorités nigérianes marquaient ainsi leur ras-le-bol devant le transit en contrebande de produits de grande consommation, notamment le riz importé du Bénin.

La mesure «constitue un obstacle» au principe de libre-circulation des personnes et des biens contenu dans les accords sous-régionaux comme ceux de la CEDEAO, comme l’a dénoncé le Président du Niger, Mahamadou Issoufou.
Dans les premières semaines, les estimations indiquaient une perte de recettes de 60% pour les douanes béninoises.

Jusqu’ici, la CEDEAO s’était contentée d’un rôle d’observateur dans les démarches entreprises par les pays concernés. Le 14 novembre une réunion tripartite s’est tenue au Nigeria et a abouti à la création d’un comité de suivi et d’évaluation et la mise en place d’une patrouille frontalière composée des services de police et des douanes des trois pays.

A ce sujet, Justin Bayili, secrétaire exécutif de l’Alliance Borderless, dénonce l’attitude «médecin après la mort» qu’adopte la CEDEAO. 


«En 2018, nous avons pris connaissance des préoccupations et des griefs du Nigeria et du Bénin aux frontières communes. Nous avons eu une réunion en septembre 2018, au Nigeria sur la question. La CEDEAO n’y a pas envoyé de représentant et les recommandations n’ont pas été suivies. Finalement, le Nigeria est passé à l’acte en fermant la frontière», déplore-t-il.

Célestin KOUADIO
c.kouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: