Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Etats-Unis: les citoyens appelés à éviter de se rendre en Bolivie
  • Slovaquie: au moins 13 morts dans un accident d'autobus, mercredi
  • Congo-RDC: un accord signé pour réaliser le pont Brazzaville-Kinshasa
  • Abidjan: plus de 23 mille taxis-compteurs assurés à la MATCA
  • Port d'Abidjan: le volume de voitures importées en baisse de 56%
  • Ghana: 3 milliards de dollars prévus pour une ligne aérienne de train à Accra
  • Liban: des routes barrées à Beyrouth par des manifestants, ce mercredi
  • Burkina Faso: un convoi attaqué, au moins 37 morts dont des militaires
  • Pays-Bas: 16 migrants découverts à bord d'un camion remorque
  • Burkina: le bitumage de l'axe Fada-Bogandé lancé. Plus de 20 milliards FCFA

Abidjan: l'ARSN s'ouvre au grand public

ActualitéPublié le 07-11-2019 19h07

La question de la sûreté et la sécurité nucléaire implique plusieurs acteurs. Photo Acturoutes

Une convention a été signée ce jeudi entre l’Autorité de la radioprotection, de sûreté et de sécurité nucléaires ou ARSN et le Conseil national de l’Ordre des médecins de Côte d’Ivoire, en vue d’une sensibilisation plus accrue sur les risques liés à l’usage des sources de rayonnements ionisants.

C’est l’un des actes forts de la première édition des Journées portes ouvertes sur l’ARSN qui court jusqu’au vendredi après-midi à la Maison de l’entreprise à Abidjan-Plateau, avec l’appui du Secrétariat du Conseil national de sécurité (CNS).  

La médecine moderne est l’un des secteurs d’activités ayant un fort recours aux sources de rayonnements ionisants notamment dans les équipements de pointe tels que les radiographies et les scanners. Mais, hors des principes d’usage, ces outils peuvent devenir de véritables dangers pour les usagers.

«Les matières radioactives ou nucléaires sont identifiées et classifiées selon une réglementation internationale qui leur fait obligation d’un régime de protection global et durable», a indiqué la Directrice générale, Pr Kouassi Goffri Marie-Chantal, justifiant la création de l’ARSN, effectivement opérationnelle depuis 2016.

Séance tenante, elle a souhaité un terrain pour construire le siège de l’ARSN ainsi que l’acquisition de plateaux techniques modernes afin d’être complètement opérationnel.

Dr Able Ekissi, représentant le ministre de la santé, a insisté sur «le contexte sécuritaire actuel caractérisé par la multiplication de la menace terroriste pouvant impliquer l’utilisation des matières radioactives».

L’ARSN constitue donc l’autorité compétente en matière de renforcement de la protection des populations et de l’environnement face aux risques radiologique résultant tant de l’usage non contrôlé de rayonnements ionisants que d’actes délibérés posés par des personnes à des fins criminelles. La structure vient en complément au cadre législatif et réglementaire renforcé par la loi portant sûreté et sécurité nucléaires et la protection contre les rayonnements ionisants.

Au niveau international, la réglementation sur l’utilisation des sources de rayonnements ionisants est définie par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui a dépêché à ces JPO un expert, Abdoul N’Diath, qui animera une des conférences-débats prévues vendredi.

Célestin KOUADIO
ckouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: