Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Pistes rurales: 40 000 km déjà reprofilés dans le cadre du PSGouv
  • Chine: le prototype d'un train roulant à 600km/h présenté
  • RD Congo: le nouveau premier ministre était DG de la société des chemins de fer
  • Transport routier: plus de 1000 camions disponibles pour renouveler le parc auto
  • Mali: deux chauffeurs routiers tués dans deux attaques près du Burkina Faso
  • Chine: des véhicules autonomes testés sur plus de 150 000 km en 2018
  • Egypte: un pont 16,7km inauguré sur Nil, le plus large pont suspendu au monde
  • Burkina Faso: Accident d’autocar sur l’axe Ouaga-Bobo, 3 morts et 46 blessés
  • Royaume Uni: le train à grande vitesse japonais Azuma entre en service
  • Japon: test pour l’Alfa-X, un nouveau train à grande vitesse

4e pont d’Abidjan: un projet sous pression…

ActualitéPublié le 07-05-2019 22h08

Image de la remise des premiers chèques en septembre 2018. Photo Abidjan.net

La conférence de presse convoquée ce mardi par le directeur général de l’Agence de gestion des routes – AGEROUTE - a vite changé de direction…Pour se transformer en une réunion de « chaudes » explications avec les populations impactées par le projet du 4e pont. Au menu, les indemnisations évaluées à plusieurs dizaines de milliards de francs CFA.

Tout avait bien commencé. Même si la conférence accusait un retard de plus d’une heure. Le directeur général, Pierre Dimba, a situé le cadre de cette rencontre qu’il a lui-même souhaité avec la presse. Il a expliqué qu’elle fait suite à des déclarations faites dans la presse par « certains individus ». Avant de donner la parole au Coordonnateur du Projet de transport urbain de la ville d’Abidjan (PTUA), Issa Ouattara.

A peine ce dernier a pris la parole pour faire le point des indemnisations qu’on entend dehors des bruits de protestation. « On veut nos droits, on veut notre argent », criaient les manifestants qui avaient réussi à franchir le portail de l’AGEROUTE et à se mettre juste derrière la porte de la salle où se tenait la réunion.

Devant l’insistance des cris, pierre Dimba va ordonner que les protestataires soient autorisés à entrer dans la salle. Dès lors, ce qui devait être un échange entre les responsables du projet et les journalistes devint un face à face tendu entre la direction générale de l’AGEROUTE - le PTUA y compris - et les protestataires, une vingtaine de personnes, jeunes, femmes et vieillards. Les seconds voulant connaitre « les garanties » offertes avant leur déguerpissement.

La pression des chiffres…et des intérêts
Le directeur général a indiqué que ce sont 81 milliards qui sont en train d’être mobilisés pour les indemnisations. Les chiffres, tels que communiqués dans les documents distribués à la presse évoquent plus de 20,5 milliards déjà distribués, pour un taux de 23%.  Ils concernent 77% des ménages recensés, soit 9 922 ménages. Le total des ménages recensés étant de 12 889, dont 2 967 ont déjà été payés, à la date du 06 mai 2019.

Ces chiffres divergent un peu de ceux communiqués oralement lors de la conférence de ce 7 mai qui eux sont de 13 178 ménages concernés au total, dont environ 3 300 ont déjà été payés. En septembre 2018, on parlait de 14 472 ménages recensés - selon Fraternité Matin -. Le tout pour un total de 30 milliards de francs CFA.

Le DG a abondamment expliqué à ses visiteurs qu’il s’agit d’un « projet majeur » dont les opérations suivent « un processus ». « Il faut faire confiance à votre pays, à votre gouvernement, aux responsables que nous sommes », a soutenu Pierre Dimba.

Dans les rangs des personnes bénéficiaires des compensations, il y aussi des divergences. D’un côté, des protestataires qui ne décoléraient pas. Ils disent craindre le déguerpissement sans dédommagement, sans indemnisation. « A partir du moment où le ministre – de l’équipement et de l’entretien routier - a dit à la télévision que les personnes impactées ont été indemnisées et que les mises en demeure ont été distribuées, il y a un drame social qui nous guette », s’est indigné Mamadou Sanogo, imam.

De l’autre côté, des représentants « officiels », « non reconnus » par les protestataires qui les accusent de défendre leurs « propres intérêts ». De quoi à créer de vives tensions dans la salle. Les invectives et éclats de voix, ponctués parfois de coups de pied ou de bousculades, entre groupes de personnes impactées, se sont poursuivis jusque dans la cour de la direction générale de l’AGEROUTE. Après la réunion.

Barthélemy KOUAME
barthelek@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: