Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Abidjan: la princesse Sarah Zeid de Jordanie est arrivée jeudi pour une visite
  • France: collision entre un train et une voiture dans la Marne, 4 morts
  • 13 juillet: "Journée du souvenir du Dr Babacar NDIAYE"
  • Abidjan: les sites d’enrôlement pour le passeport ouverts les samedi
  • Sécurité routière: près de 7 000 accidents au 1er semestre 2019 en CI
  • Sécurité routière: 303 morts sur les routes au 1er semestre 2019
  • Chine: la construction de l'aéroport de Beijing Daxing achevée
  • Routes: 5 postes de péages prévus sur la route de l'Est
  • Transports: 47% des poids lourds en situation de surcharge en CI (UE)
  • Abengourou: un poste de pesage routier mis en service

Migration: des experts ramènent la question au besoin de mobilité

ActualitéPublié le 08-04-2019 17h33

Lors du Forum à Abidjan, la parole a été donnée aux jeunes à travers divers panels

La Fondation Mo Ibrahim a posé un diagnostic de la migration clandestine, dans le cadre du «Forum Ibrahim Governance Week» dont l’édition 2019 a clos dimanche à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Le thème à l’honneur cette année est «Jeunesse africaine: emplois ou migrations».

Des centaines de jeunes, certains de divers pays africains, d’autres de la diaspora résidents en Europe, ont effectué le voyage jusqu’en terre ivoirienne. Ils étaient attendus sur les solutions  à un mal qui a décimé des dizaines de milliers de leurs frères et camarades rien qu’en 2018.

Abdoulie Janneh, Directeur exécutif de la Fondation Mo Ibrahim, a situé les enjeux des assises à la presse, vendredi, en insistant sur le faux débat nourri par des leaders laissant croire qu’il faut à tout prix stopper la migration.

Comme la mobilité, la migration réside dans les mentalités
Pour cet expert qui avait à ses côtés, Mme Aicha Bah Diallo, Consultante à l’UNESCO et fondatrice du Forum des éducatrices africaines, la question de la migration doit être analysée sous l’angle de la mobilité qui est loin d’être un problème dans son essence.

«La mobilité est positive pour le continent africain. Reste à trouver une politique pour gérer ça au niveau régional ou continental. Nous avons des exemples de succès au Rwanda ou en Ile Maurice», a-t-il affirmé.

Il a aussi rejeté que la recherche d’emploi soit considérée comme la seule motivation pour les migrations, même si l’insécurité les pesanteurs économique et financières constituent les principaux facteurs explicatifs de la «fuite» des Africains vers l’Occident. «La migration est dans les mentalités. Rien ne peut empêcher les hommes d’aller d’un point à l’autre».

«Il faut au contraire mieux encadrer ce mouvement. Le légaliser de sorte à réduire chez les jeunes le risque d’être enrôlés dans des filières de trafic d’êtres humains et de jihadisme», a ajouté Mme Aïcha Bah, par ailleurs ex-ministre de l’éducation en Guinée.

L’Afrique n’est pas le plus grand pourvoyeur de migrants vers l’Europe. Le nombre total de migrants africains s’élévait à 36,3 millions en 2017, selon les chiffres officiels. Cela ne représente que 14% environ de la population migrante à l’echelle mondiale. Environ 70% des migrants en provenance d’Afrique subsaharienne demeurent sur le continent africain. La question de la migration ne se résume donc pas à un «exode massif».

Renforcer et respecter le principe de la libre-circulation
Toutefois, il persiste une fragmenttion des frontières entre les pays africains exacerbée par des entraves à la libre circulation d’un pays à un autre.

Aujourd’hui, seul le Rwanda et (dans une moindre mesure) l’Île Maurice pratiquent un aplatissement des frontières en ouvrant leurs territoires aux Africains sans exiger de visa. «C’est un problème réel. Il faudra qu’on arrive à un espace à l’exemple du visa Shengen en Europe », a recommandé M. Abdoulie Janneh.

«Je suis certaine que les gouvernants africains ne souhaitent pas voir les jeunes mourir en Méditerranée ou dans le désert (…). C’est important et viable de réguler la mobilité», a jouté Mme Aicha Bah.

D’où l’idée de donner la parole aux jeunes dans un débat qui les concerne. Ce fut l’objet du «New Generation Forum» tenu à l’ouverture du Forum, vendredi.


Célestin KOUADIO
c.kouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: