Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • USA: Trump envisage une taxe de 20% sur les véhicules européens importés
  • Zimbabwe: plus de 21 millions de dollars du Japon pour rénover le corridor nord-sud
  • Abidjan: une mission d'hommes d'affaires égyptiens attendue en juillet
  • Abidjan: 200 camions et plus de 1600 militaires pour nettoyer les voies
  • Abidjan: déguerpissement des occupants des zones à risque (gouvernement)
  • Abidjan: le Président Ouattara sur le site des inondations ce jeudi
  • Abidjan: prévu ce mercredi, le lancement des travaux du 4e pont reporté
  • Abidjan: le Président Ouattara est rentré d'urgence mercredi
  • Abidjan: le premier ministre a visité les sites des inondations
  • Abidjan: inondations et écroulements de maisons, suite à de fortes pluies

Gagnoa: la gare routière, nouveau lieu de prédilection des prostituées

ActualitéPublié le 16-04-2018 13h23

La gare routière. A l'insalubrité s'ajoutent des activités répréhensibles de certains occupants. Photo DR

La nuit tombée, la gare routière de Gagnoa (Centre-ouest) se transforme en lieu d’activité des prostituées, a constaté mercredi  un journaliste d’Acturoutes.

Les filles de joie viennent des différents quartiers de la capitale de la région du Goh pour s’adonner au plus vieux métier du monde. Tous les soirs, les transporteurs sont remplacés par des jeunes filles qui elles aussi veulent gagner leur vie, aux dires de Joëlle Gouamené, une prostituée qui s’est confiée à nous.

«Nous sommes ici dans le but de nous chercher, c’est ici que je tire l’essentielle de mes revenus. C’est avec ce métier que je loue ma maison. (…)  Je suis venue ici par le biais d’une amie. Je gagne par jour 10 000 à 15 000 FCFA», a expliqué notre interlocutrice.

Les clients de ces filles de joie sont pour la plupart des gens de petits métiers (gérants de cabines téléphonique, menuisiers, cireurs, convoyeur de mini car, vigiles etc...).

«C’est sur les tables des commerçants  et dans des baraques de fortunes de la gare qu’on fait l’amour avec nos clients. On travaille en complicité avec les gardiens de la gare routière. Ils ont un pourcentage qu’on leur donne chaque soir. Ils sont par ailleurs nos protecteurs. Ce sont eux qui nous surveillent», a soutenu sous le sceau de l’anonymat, une prostituée que nous avons rencontrée dans les environs du bureau syndicat des transporteurs.

La passe oscillie entre 1000 et 5000 FCFA selon la pratique sexuelle que le client exige, fait savoir un habitué de cet endroit.

La drogue se vend également  dans ce milieu de  la prostitution. Des dealers composent avec ces prostituées pour faire écouler leurs produits, révèle une source policière.

G.A.
(Correspondant)

 

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: