Le Signal Yopougon: Sondage de sol en cours pour la construction de l'échangeur du carrefour Sable

Mauritanie

Les 4es Financial Afrik Awards tiennent toutes leurs promesses au démarrage

Publié le: ven. 17/12/2021, 13:00

Le gouvernement présent, ainsi que la banque centrale de Mauritanie. De très grands patrons africains également. Les Financial Afrik Awards sont effectivement lancés…

Le monde de la finance africaine est réuni en Mauritanie les 16 et 17 décembre 2021.

Il ne manquait plus que le président de la république, retenu pour une conférence sur l’emploi… La première journée des Financial Afrik Awards en Mauritanie aura tenu toutes les promesses du grand événement annoncé. L’hôtel Al Salam Resort de Nouakchott qui abrite cette édition a rarement vu un tel parterre de personnalités.


Le gouvernement mauritanien à travers le  ministère des affaires économiques et de la promotion des secteurs productifs a pris toute sa place de co-organisateur de l’événement. Le ministre Kane Ousmane Mamoudou s’est rendu très disponible, au-delà des interventions protocolaires. Idem pour la banque centrale de Mauritanie dont le gouverneur en personne, Cheikh El Kebir Moulaye Taher, s’est rendu très accessible pour les discussions même dans les coulisses….


Après les mots de bienvenue de Financial Afrik, avec son directeur de publication Adama Wade et son directeur général Ibrahima Dia, le panel d’ouverture a été un grand moment d’état des lieux et des perspectives à l’horizon 2050 de l’économie africaine. Le thème : « L’Afrique en 2050 : enjeux et défis »


L’endettement, comme une richesse…


A la suite des intervenants du premier panel, beaucoup de questions ont été posées dans l’assistance. Parmi elle, la question de l’endettement qui selon des participants contribue à appauvrir davantage l’Afrique.


« La dette n’est pas mauvaise. Tout dépend de l’utilisation », a rassuré le ministre mauritanien de l’économie. Toutefois, il note que la pluralité des monnaies en Afrique avec le problème de convertibilité qui va avec ces monnaies contribue à réduire les efforts des Africains. « Le 21e siècle ne peut pas être le siècle de l’Afrique si nous avons autant de monnaies que de pays en Afrique », a indiqué M. Kane.


Pour le gouverneur de la banque centrale de Mauritanie, Cheikh El Kebir Moulaye Taher, l’endettement doit être même considéré comme une richesse quand certaines conditions sont remplies. « Si vous investissez dans des routes, ça va augmenter la productivité…Le problème, ce n’est pas l’endettement. Il faut regarder si la dette permet de faire des investissements rentables », a-t-il expliqué.


Le gouverneur de la banque centrale de Mauritanie rejoint par ailleurs le ministre de l’économie sur la question de la convertibilité des monnaies africaines. « Le problème, c’est aussi la non convertibilité de nos monnaies », a-t-il dit. Estimant que l’intégration permettra de résoudre le problème. La Mauritanie a lancé récemment la construction d’un pont avec le Sénégal, et cela n’a pas échappé au gouverneur de la banque centrale comme un acte d’intégration.


Le PDG du groupe SIPROMAD – Redland, Ylias Akbaraly, complétait la liste des panélistes. Il a partagé son expérience. Celle de quelqu’un qui est parti de Madagascar, un pays dit pauvre, pour conquérir le monde entier, avec des entreprises en Europe et aux Etats-Unis.


Pour le milliardaire malgache, cela est possible pour tous les Africains. Pour cela, il a conseillé « que l’Afrique tourne la page » de la colonisation. « C’est une histoire qui est passée. Je ne demande pas d’oublier mais il faut tourner la page. Nous parlons trop du passé. Il faut être capable de parler aujourd’hui au monde entier, avec un nouvel esprit », a-t-il déclaré.


Au premier rang de l’assistance, de grands patrons mauritaniens et africains, comme Paté Dione, le président du groupe SUNU qui détient plusieurs compagnies d’assurance et une banque dans plusieurs pays en Afrique.


Ce panel de haut niveau avait pour modérateur Stanislas Zézé, le président directeur général de Bloomfield Investment Corporation, une agence de notation. Deux autres panels ont meublé la première journée. Ce vendredi, deuxième et dernière journée de l’événement, les participants ont également droit à au moins trois panels. Avant le diner-gala qui verra la distinction de 18 personnalités de la finance et de l’économie africaine.


Barthélemy KOUAME

barthelek@acturoutes.info

Envoyé spécial à Nouakchott (Mauritanie) 

image-pub
acturoute youtube
Akinwumi Adesina : « Nous avons déjà connecté 55 millions de personnes aux transports améliorés »

Dans cet entretien réalisé en novembre 2019, le président de la BAD fait le point des efforts faits ces dernières années dans le secteur des transports en vue d’améliorer par la même occasion la qualité de vie des populations africaines. « Ces quatre dernières années, nous avons connecté 55 millions de personnes aux transports améliorés », dit-il.

image-pub