Le Signal RD Congo: 09 élèves tués dans un accident de la route, alors qu’ils revenaient d’un examen scolaire

Côte d'Ivoire

L'ONG Sauvons Notre Forêt plaide pour une urbanisation verte

Publié le: sam. 18/06/2022, 18:14

L’urbanisation galopante aboutit souvent au sacrifice de territoires forestiers. Mais la situation ne doit pas être une fatalité. Car des actions concrètes peuvent conduire à inverser la tendance.

Le président de Sauvons Notre Forêt (au centre) assure que beaucoup peut être fait pour reconstituer le couvert forestier. Ph. DR

La Côte d’Ivoire a perdu une grande partie de son couvert forestier. De 16 millions d’hectares au lendemain de l’indépendance le territoire ne dispose que d’à peine 3 millions d’hectares de forêt de nos jours. C’est l’un des cas de déforestation les plus alarmants dans le monde. De fait, le pays a pratiquement perdu sa place dans la liste des pays forestiers.

Face à cette situation, les cris d’alerte se multiplient. Des voix se font de plus en plus audibles. L’ONG Sauvons Notre Forêt s’est inscrite dans la mouvance pour imprégner dans les esprits la nécessité ‘voir un comportement éco-citoyen et passer à l’action, à travers le projet baptisé  Ville écologique vielle verte ou VEVV.

L’initiative a été présentée à la presse vendredi, dans un contexte doublement symbolique. D’une part, la date du 17 juin coïncide avec la célébration de la Journée mondiale de lutte contre a déforestation. Le lieu choisi, Dahlia fleur, un parc naturel de 148 hectares situé dans la zone sud de Cocody, est menacé par un projet de construction de complexe hôtelier.  Pour marquer son engagement à préserver le patrimoine naturel, l’Organisation créée en 2019 ne pouvait trouver mieux.


Reboiser 1 000 000 d’hectares

Déroulant les grandes lignes du projet, le président-fondateur de Sauvons Notre Forêt, Pallé Pallé Isidore, a indiqué que VEVV vise entre autres le reboisement de 1000 000 d’hectares d’ici à 2024 et l’implication des populations dans le reboisement. Les grands axes d’intervention sont la santé, l’urbanisme, l’éducation et l’emploi.

« VEVV est un projet pour lequel nous travaillons depuis longtemps, en vue d’accélérer les Objectifs du développement durable (ODD) dans nos villes et dans nos villages. Nous voulons mener des actions auprès des populations pour obtenir d’elles des attitudes écologiques », a indiqué M. Pallé.

Sur le volet santé, le projet vise à développer la culture de plantes utiles pour leurs vertus médicinales. Au plan éducatif, il s’agira de développer des programmes d’enseignement qui valorisent le patrimoine environnemental.

Le programme VEVV a aussi un volet emploi qui réside dans la formation et la promotion de métiers de l’environnement. Il va se traduire par la formation de 3000 personnes, la création de 300 emplois directs et 800 emplois indirects.


Eduquer à l’environnement

Conscient de la noblesse du défi et de l’étendue du chantier, M. Pallé appelle à une synergie des forces. Face à la presse il avait à ses côtés l’acteur de cinéma Guy Kalou Emile, le célèbre entrepreneur Ben Aziz Konaté et le Directeur exécutif de la Fondation Magic System, Jean-Louis Boua.

Guy Kalou a souligné que les productions cinématographiques et culturelles devraient intégrer le concept d’environnement pour mieux impacter les consciences.

« Parler d’éducation sans parler d’environnement est incomplet. Il faut amener les enfants à ses responsabiliser vis- à-vis de l’environnement », a-t-il plaide.

Quant à Jean-Louis Boa, il a indiqué qu’il n’y a pas de paliers sociologiques entre les hommes quand il s’agit de parler de l’environnement, car les conséquences du dérèglement climatique ne trient pas.

Les participants ont identifié l’urbanisation galopante et l’agriculture comme les principaux facteurs de déforestation. Sur la question de l’urbanisation, Abidjan présente un exemple concret avec la diversification des chantiers routiers

 M. Pallé a confié qu’il est disposé à approcher les autorités pour suivre les projets et inciter à la prise en compte de l’aspect écologique. Selon lui, l’urbanisation peut  s’accommoder de la préservation de l’environnement si o en tient compte dans les programmes d’aménagement

 

Célestin KOUADIO

kcelest1@yahoo.fr

image-pub
acturoute youtube
The orientation speech of Professor Carlos Lopes

The President of the Conference Bureau made an orientation communication on the occasion of the Inaugural Conference of the 7th edition of The Africa Road Builders - Babacar NDIAYE Trophy. In his message, Professor Calos Lopes dissects the theme of the year: "Building roads, building economies".

image-pub