Le Signal France: Les Emirats Arabes Unis passent une commande de 80 avions Rafale

Filière mangue

L'ONCE ouvre les discussions pour améliorer la qualité et la commercialisation

Publié le: jeu. 25/11/2021, 16:13

Proposer des solutions innovantes pour améliorer le rayonnement de la filière mangue. C’est l’objectif de la rencontre tenue ce jeudi à l’hôtel Palm Club à Cocody par l’Observatoire national sur la compétitivité des entreprises (ONCE)

Le Secrétaire exécutif de l'ONCE, Youssouf Samassi (au centre), a rappelé les atouts de la filière mangue. Ph. DR

Proposer des solutions innovantes pour améliorer le rayonnement de la filière mangue. C’est l’objectif de la rencontre tenue ce jeudi à l’hôtel Palm Club à Cocody par l’Observatoire national sur la compétitivité des entreprises (ONCE) avec les producteurs et autres acteurs qui animent la chaine de valeur dudit fruit.


Troisième culture de rente dans le Nord de la Côte d’Ivoire, derrière le coton et l’anacarde, deuxième fruit d’exportation après la banane dessert, la mangue mobilise environ 7000 producteurs dans les principaux pôles que sont Korhogo, Ferké, Boundiali etc. Avec une production de 180 000 tonnes par an depuis 2016 la Côte d’Ivoire est le premier pays africain exportateur du fruit. Mais les retombées pourraient être en déça des attentes sans un travail d’anticipation sur les entraves et de suivi sur les acquis.


« Malgré les perspective prometteuses, de sérieuses menaces planent sur la durabilité de la filière. Il est primordial de les relever pour que des solutions appropriées soient recherchées », a déclaré Bamba Vassogbo, Directeur de cabinet-adjoint, représentant le ministre de l’économie et des finances.


Les principales entraves identifiées résident dans la menace sur la qualité de la production portée par les mouches de fruit et le faible niveau de transformation locale de la mangue. La Côte d’Ivoire ne transforme que 2 à 3% de sa production contre 33% au Burkina Faso. Comme toutes les denrées périssables, la mangue subit par ailleurs le coup des obstacles à l’acheminement rapide des fruits depuis les zones de production jusqu’aux points de consommation.


L’initiative de l’ONCE a donc une portée salvatrice et avant-gardiste, si on s’en tient aux propos du secrétaire exécutif, Youssouf Samassi, qui souligne « l’optique de pouvoir suivre l’évolution de la filière dans ces différentes composantes au cours des prochaines années ».


Cette rencontre à laquelle prennent part les structures d’encadrement de l’activité agricole (ANADER, FIRCA, CNRA) fait suite à un travail de recherches en interne de l’ONCE qui a ensuite soumis les résultats à un groupe d’experts de la filière mangue.


L’ONCE, chargée de suivre et évaluer la compétitivité des filières porteuses de croissance a à son actif d’autres concertations du genre avec les filières cacao, banane, le secteur du tourisme. La dernière rencontre date de juin avec le secteur du transport aérien. 

 

Célestin KOUADIO

image-pub
acturoute youtube
Akinwumi Adesina : « Nous avons déjà connecté 55 millions de personnes aux transports améliorés »

Dans cet entretien réalisé en novembre 2019, le président de la BAD fait le point des efforts faits ces dernières années dans le secteur des transports en vue d’améliorer par la même occasion la qualité de vie des populations africaines. « Ces quatre dernières années, nous avons connecté 55 millions de personnes aux transports améliorés », dit-il.

image-pub